Le coin poésie, débats et littérature.

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 17:13

Bon, ne venez pas tous critiquer direct ok ? XD

Ici je publierais de temps à autre une de mes oeuvres ( si jamais cela semble intéréssé quelqu'un ) et vous invite à faire de même.

On pourra aussi, pourquoi pas, se faire des débats politiques comme celui entamé sur le post de suca.

Donc voila dites moi si l'idée vous plait, et si c'est le cas je publierais totu de suite Wink
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 17:14

( Et oui nous ne sommes pas qu'une alliance de brutes alcooliques Sad )

_________________
"La liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume."

11/02/12-03/09/12
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Dim 21 Aoû - 17:20

Mmmmmmh, un débat politique risquerait de tourner au vinaigre comme sur l'autre post Very Happy.

Partager des écrits, ça de l'idée Very Happy.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 17:48

Alors ne retenons que l'idée du partage d'ecrits ça vaut mieux xD

_________________
"La liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume."

11/02/12-03/09/12
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Dim 21 Aoû - 18:01

Je suis d'accord et je commence.
Voilà un poème qui date, et que j'ai écris pour ma copine. On se connaissais déjà donc c'est plus un petit écrit que l'on peut dire de passionnel. Très passionnel, même. En tout cas, elle a aimé^^

Ma rose noire, mon coeur sombre

Ma rose noire, mon coeur sombre
Tu es cette petite fleur éternelle
Que j'ai trouvé dans les ténèbres
Et pour laquelle mon amour est immortel

Lors de notre premier baiser, sous la lune ronde
J'ai perçu la beauté de ton visage sculpté dans le rêve
Et je vis ton regard d'eau à la fois claire et profonde
Lorsque je sentis contre les miennes tes lèvres

Depuis c'est une constante envie de toi
Que de passer mes doigts dans ta chevelure rousse
De sentir ta peau exquise et suave contre moi
Afin d'écouter la mélodie de ta voix si douce

Et lorsque je goûte a ton orgasme
Ta chaleur m'embrase tout comme l'air
Et ta immense joie, tu laisses couler des larmes
Qui sont pour un présent des plus sincères

Car tu es ma rose noire, mon coeur sombre
Tu es ma petite fleur éternelle
Et nous dansons dans les ténèbres
Dans cet amour qui nous est immortel

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 18:17

Chevelure rousse o_O TU TE TAPPES MARA :O lol!

Sublime et en effet, très passionnel xD

A moi,

Une soirée au bout du monde

Assis au bord d'une falaise
Je relis ta lettre.

Incertain, je fixe la moindre lettre, le moindre mot
Tentant de comprendre, comment d'une phrase
De quelques mots, tu arrives à balayer le moindre de mes idéaux.

Je le sais bien, des années je n'en ai que seize
Mais que veux-tu, l'amour n'entend ni raison, ni maître.

Je contemple le ciel infini
Et ne m'en sens que plus vide
Je lui demande pourquoi es-tu partie
Mais il reste impassible

Sans doute, ignore-t'il la réponse lui aussi
Où peut-être ne suis-je simplement pas en phase
Avec ce ciel bleu azur qui luit
Et qui de son apparente gaieté
Semble offenser, mon âme eplorée.

_________________
"La liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume."

11/02/12-03/09/12
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Dim 21 Aoû - 19:21

Simple précision: c'est exclusivement de la poésie ? Ou on peut mettre d'autres choses comme des RP, ou des passages d'histoire qu'on a écrit quand on était gosse etc .... que je post pas de la merde quoi Razz.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Dim 21 Aoû - 20:20

c'est vrai on peu poster des histoire qu'on a écrit ??

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 20:49

Bien sur :p

_________________
"La liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume."

11/02/12-03/09/12
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Dim 21 Aoû - 20:57

Pour en revenir à mon poème, NON je me tape pas Mara et entre-nous, c'est une coloration que ma copine s'est faite avec des mêches noires à l'avant...je kiffe à mort^^
Héhéhé...et pour ma part, je me suis fait une nouvelle coloration=violet-noire Twisted Evil

J'aime ton poème Darklord, l'amour triste...tiens je vais remettre mon poème que j'avais posté ailleurs ici

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Dim 21 Aoû - 21:34

Ok, bien, parfait Very Happy.

Je vais vous faire partager un truc tous bidon que j'ai écris avec un pote en 6ème Razz. C'est un énorme plagia du Seigneur des Anneaux, mais à l'époque on était hyper sérieux et on reprenait exactement les mêmes noms mélangés avec des noms de profs ou de copains, et le résultat est tous simplement atroce mais hilarant, et j'ai décidé de vous en faire profiter Very Happy.


"L'histoire" s'intitule: Le Seigneur des T.P dont voici un passage du début.

- Puireux (prof d'anglais de l'époque Very Happy) est allé chez les elfes, dit Maxifrodon à Xaviersam.
- Nous devons aller à l'auberge du Poney à Hobbitbourg tous de suite avec Merry et Pippin.
Ils préparèrent tous le matériel qu'il fallait. Maxifrdon prit l'épée que lui avait donné Puireux, et des vivres pour aller jusqu'à l'auberge.

Ils mirent 6 jours pour arriver à l'auberge (sans transition aucune Very Happy). Arrivée devant la porte, ils entrèrent.
- Monsieur, dit Maxifrodon, vous n'auriez pas vu Delentegandalf ? (Delente = prof de technologie de l'époque aussi xD).
- Delentegandalf ? Pas vu depuis six mois.
- Que devons-nous faire Maxifrodon, dit Xaviersam.
- Je ne sais pas, peut-être qu'il n'est pas encore arrivé, dit-il.
- Je propose que nous l'attendions un peu, dit Merry. Allons boire une bière ensemble.

Ils s’assirent et burent. (Nous sommes à la page 2 What a Face )




Voici maintenant une autre histoire écrite, cette fois ci en terminale pendant mes cours de maths et de gestion. De philo aussi, et d'allemand, et de management. Et aussi en éco-droit .... enfin bref en cours tous court Very Happy.

Cette fois l'histoire est inspirée de l'univers de Warcraft. Avec Sephyr on voulait faire une histoire parallèle au scénario proposé par Blizzard en ajoutant des personnages nous correspondant, dont voici un extrait que j'ai retrouvé il n'y a pas si longtemps.


(contexte: bataille qui se déroule je ne sais plus où Very Happy)

[...] deux soldats s'interposèrent; l'un pourfendu un des assaillants tandis que l'autre l'avéra plus expérimenté et frappa trois orcs simultanément en leur tranchant le poitrail.
Relâchant son attention, Sephyr reçu un coup de poing qui le fit tomber par terre. Essayant de reprendre ses esprits, un orc se jeta sur lui en écrasant la gorge de l'humain avec une lance et se dernier commençait à suffoquer. Cherchant une solution tout en se débattant du mieux qu'il le pouvait, le jeune mage attrapa une dague à portée de bras, tandis que son adversaire ne lâchait pas prise. D'un geste sec, Sephyr planta sa dague à l'aveuglette et se rendit compte qu'il l'avait enfoncé dans l'épaule de l'humanoïde à peau verte qui ne manifestait aucune douleur.
En manque d'air, l'humain se rappela de justesse un sort qui pouvait le sauver: il marmonna une courte formule, joignit les paumes de mains l'une contre l'autre, et saisit la tête de l'orc. Des flammes jaillirent de ses mains et immolèrent le visage de la créature qui lâche prise aussitôt.
Sephyr reprit son souffle avec peine pendant que l'orc gémissait en se tenant la tête; le mage ramassa la lance de son agresseur et d'un geste vigoureux, transperça l'abdomen de son ennemi qui s'effondra inerte sur le sol.
A bout de force, l'humain contempla la bataille et constata avec soulagement que les orcs battaient en retraite. Il eu toute les peines du monde à se mettre debout et faire un pas pour rejoindre les rescapés. [...]


Voila voila, merci à ceux qui ont été patient de tous lire jusqu'au bout et je n'ai pas pu m'empêcher d'exploser de rire lorsque je retranscrivais sur l'ordi ce que j'ai écris plusieurs années auparavant, en constatant que je mettais du passé simple avec de l'imparfait dans une même phrase What a Face .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Dim 21 Aoû - 21:57

a oui tu galere vraiement en cour xD


je sais pas si il y en a qui on vu ou lu Le Parfum mais bon je vous propose une suite ^^

accrocher vous a vos Basket c'est long !! je préviens si vous ne l'avez ni lu ni vu ca sert a rien vous comprendre pas


LE PARFUM











CHAPITRE 1





Son corps, se reconstituant morceaux par morceaux, déchirant littéralement les abdomens de ses bourreaux qui l'avaient cannibalisé. Les entrailles des mendiants giclaient au fur et à mesure que les morceaux de Grenouille sortaient de leur corps, certains d'entre eux furent même décapités par les plus gros morceaux. Les morceaux d’os transperçaient la peau et les organes des mendiants. Le sang coulait à flot dans les rues de Paris bondées de monde. Impossible de rater l'abominable spectacle que ces mendiants offraient, tellement il fut horrible et sanglant. Tous les spectateurs croyaient qu’ils rêvaient. Toujours dans cet effluve de sang, Grenouille s'était reconstitué entièrement et à l'identique, et tout cela dans ce nouveau crime, plus abominable que tous les autres sans même qu'il ne l'ait prémédité. Il ignorait que le parfum disposait de cette faculté. Il en était fier. La création qui ne voulait pas que son créateur reparte. Les parisiens qui étaient rongés par la curiosité se rassemblaient autour de Grenouille. Quand on s’aperçut qu’il manquait un bras à Grenouille, les passants se rapprochèrent et d’un coup, un os transperça alors la tête d’un passant pour venir se replacer sur le corps de Grenouille. Les restes de chairs, de muscles et de peaux revenaient sur le bout de bras de Grenouille qui n’était encore qu’un os inerte pendant sur l’épaule encore ensanglanté.

Grenouille était ressuscité. Lui le plus grand tueur compositeur de parfum au monde était de nouveau parmi les vivants. Le monde qu’il avait quitté quelques heures auparavant était de nouveau à sa joute. Mais l’odeur du parfum agissait encore sur lui et sur les parisiens autour de lui. Les passants commençaient à le tenir pour le déguster. Ils se battaient pour pouvoir manger un bout de Jean-Baptiste Grenouille. Il eut du mal à se dégager, mais il réussit avec tous les efforts du monde. Il commença à courir dans Paris, les personnes l’attrapaient, le faisaient tomber, jouissant de bonheur à l’odeur de Grenouille. Ils aimaient Grenouille, tout Paris l’aimait et se sentait attiré par lui. Tout Paris convergeait vers lui. Il a dû voler un cheval pour fuir Paris. Grenouille se cacha dans une grotte le temps que l’odeur se dissipe.

Quelques jours plus tard, Grenouille sortit de la grotte, se rendant compte que son flacon de parfum était vide. Il restait songeur, pensant à tout ce que le parfum lui avait apporté, essayant de se souvenir de ce qu’il avait pu faire avec, et après s’être rendu compte qu’il avait accédé grâce à lui à l’immortalité.

Suite à cette prise de conscience, il décida de commencer une nouvelle quête pour recréer un parfum ultime qui le ferait à nouveau accéder au statut de demi-dieux pour le monde des Hommes. Mais où aller ? Où pourrait-il aller sans qu’on ne le pourchasse ? L’Angleterre, la Russie, l’Italie ? L’Italie, il y avait déjà fait un petit détour, et s’y était fait pourchassé, mais les citées italiennes lui plaisaient tant. Pourrait-il aller dans une autre de ces grandes citées ? Peut être Pise, ou encore Venise ? Après mûres réflexions, Venise lui paraissait être un bon compromis, car il se disait qu’il pourrait lancer les corps de ses victimes dans les canaux de la citée pour s’en débarrasser.

Il se rendit dans la ville la plus proche pour s’approvisionner en nourriture et en eau pour survivre pendant son long voyage. Il acheta aussi un baillons et un couteau, puis il se mit en route pour Venise.





CHAPITRE 2





Il arriva enfin à Venise. Il avait encore maigri. A cause du manque de provisions, il avait dû se nourrir avec des racines et des insectes, ce qu’il avait déjà fait lors de son exile précédent. Quand il vit le nombre de jeunes filles présentes dans cette ville il était ravi. Il était enchanté par les odeurs qui flottaient dans l’air. Il commença à suivre sa première victime. Elle était couverte d’une odeur étrange, un mélange de poudre, de fer, de parfum bon marché ou encore de musc. Ce mélange extrêmement bizarre avait une odeur enivrante pour l’esprit de Grenouille. Il la suivit dans une petite ruelle et l’assomma par derrière à l’aide du manche de son couteau. Il l’égorgea à peine quelques secondes après, puis lui sectionna les artères pour la vider plus vite de son sang. Le sang commençait à se répandre sur le sol. Une marre de sang s’élargissait au tours de sa victime, le sang commença à couler vers les canaux de la citée avoisinant la ruelle. Il déplaça sa victime épuré de sang. Il l’allongea sur un lit, lui arracha ses vêtement toujours couverts de sang puis l’enduit de graisse animal pour capturer son odeur. En attendant que la graisse absorbe l’odeur de sa victime, il lui coupa les cheveux, ensuite il racla la graisse et créa une première fiole de parfum. Le premier de ses douze meurtres pour la création de son parfum était fini. Mais il se rendit très vite compte qu’il prenait du plaisir à tuer. Alors, pour essayer, il mutila le corps blanc de la jeune fille qu’il venait de tuer. Essayant de lui ouvrir le ventre, en sortir les entrailles, le cœur, l’estomac, les reins et de les déchiqueter ou même de découper la peau, la retirer des muscles et de sectionner les tendons.

Une fois qu'il eu fini de mutiler le corps de la jeune fille, le corps ne ressemblais plus à rien. C'était un amas de viande et de chair qui commençait à se décomposer. Il alla acheter une brouette pour transporter les restes de la jeune fille. Il chargea la viande dans la brouette et la vida dans l'eau.

Sa première journée à Venise était finie et il avait déjà fait une victime. Il avait prévu de faire une victime tous les deux jours. Le lendemain il avait décide de rester dans la petite maison qu'il louait pour se reposer. Mais le désir l’emporta quand il entendait les femmes rigoler dehors, le bruit de leurs talons lui était insupportable, tant il était désireux de les tuer et de les mutiler. Il ne pouvait pas rester une seconde de plus dans cette maison. Il sorti, puis suivi une de ces femmes seule jusqu'au moment où ils étaient tous les deux dans une petite ruelle ou plutôt un cul-de-sac. Il s’en rapprocha pas à pas et au fur et à mesure qu’il avançait, il sentait à la fois le parfum qu’il allait récupérer et s’imaginait les horreurs qu’il pourrait bien faire subir à son corps sans vie une fois que toute son odeur lui appartiendrait. Il l’assomma, puis la transporta jusqu'à la maison qu’il louait. Une fois allongée sur son lit, il l’a déshabilla, récupéra son odeur grâce à la graisse animale, lui coupa les cheveux pour les garder en tant que trophée.

Il attendit qu’elle se réveille, elle commençait à se débattre, elle ne pouvait crier car Grenouille l’avait bâillonnée et attachée. Il commença à lui couper les orteils, le sang giclait et dégoulinait sur le visage de Grenouille. Puis il décida de lui ouvrir le ventre alors qu’elle était encore vivante et encore pleine de son sang. Il affûta son couteau pour la laisser souffrir puis lui détacha une main. Il planta son couteau dans le poignet et lui coupa la main. Il pris le bras à partir du poignet et commença à lui coudre sur l’abdomen pendant qu’elle essayait de hurler de douleur. Il trouva que cette fille n’était pas assez divertissante donc attendit la nuit puis alla la jeter encore vivante dans l’eau. Il en profita pour nettoyer tout le sang qui le recouvrait.

Il avait déjà deux fioles de parfum en deux jours. Le premier avait une odeur étrange, un mélange de poudre, de fer, de parfum bon marché ou encore de musc. Le deuxième était plus subtil, un mélange d’odeur de fleur de rose, de jasmin, d’orchidée puis un touche d’odeur d’abricotier. Alors qu’il eu à peine fini de décomposer l’odeur du deuxième parfum, il sentit un odeur qu’il n’avait encore jamais senti, il n’arrivait pas à décomposer l’odeur. Il suivit l’odeur et il se retrouva seul dans une ruelle. Grenouille sentait que la propriétaire de l’odeur était proche, très proche, mais il ne voyait personne. La ruelle était vide, il regarda dans les moindres recoins, personne. Il se retourna et vit une jeune femme magnifique accompagnée de quatre hommes armés. C’était bien à elle qu’appartenait cette odeur. Cette mystérieuse femme devait être une personne importante. Grenouille la suivit, son escorte l’emmenait dans une villa immense, cela devait être un des plus grands palais de Venise. Il se rendit très vite compte que cette odeur lui serait indispensable pour la suite, car ce serai la touche final de son parfum.

Il se mit à la surveiller, mais en même temps il voulait continuer de compléter son parfum. Il se baladait dans Venise à la recherche d'odeur quand une odeur graisse l'interpella. Il alla vers cette odeur, au fur et à mesure qu'il s'approchait d'autres odeurs se mêlaient à l'odeur de graisse. Il savait qu'il connaissait cet odeur de graisse, mais il ne se souvenait plus d’où. Quand tout à coup il se rappela qu'il utilisait cet graisse souvent. C'était la graisse pour capturer les odeurs !!

Il alla à la rencontre des odeurs. Elle venait d'un immeuble qui tombait en ruine. L'appartement d'où venaient les odeurs était au dernier étage. Il entra doucement dans l'appartement et il vit une fille recouverte de graisse et à côté d’elle trois fioles de parfum. Il se retourna et se retrouva nez à nez avec une femme sublime. Elle avait une odeur envoûtante. Elle allait regarder derrière Grenouille et elle allait crier quand Grenouille lui mit la main sur la bouche. Il l'étouffa puis l'enduit de graisse pour capturer son odeur. Une fois que toute son odeur était dans une fiole, il mutila le corps pour que l'autre parfumeur ne puisse avoir cet odeur. Il prit les trois fioles et partit en courant. Peu de temps après il vit la police arriver dans le bâtiment puis il sont repartis avec un homme, ce devait être lui le parfumeur.

Grenouille reparti surveiller la villa de la jeune femme. Il n’eut pas besoin d’attendre longtemps avant de la voir sortir de la villa dans un carrosse recouvert de feuilles d’or, et très vite il apprit qu’elle partait de Venise il décida donc de la suivre.





CHAPITRE 3



Après une semaine de voyage, la femme s’arrêta à Artiomovski. D’après les rumeurs qui circulaient en ville, elle devait rester une semaine. Pendant son voyage Grenouille avait eu le temps de contempler l'odeur des trois fioles. Il n’en garda que deux car la troisième ne sentait presque rien.
Il avait donc cinq fioles de parfum. Il n’eut pas beaucoup de temps pour se reposer car, à peine arrivé, il avait déjà senti une odeur de souffre mêlée avec une odeur de poudre, cette odeur pourrait relever son parfum. Il commença à suivre l'odeur et il tomba sur une femme qui sortait d'une usine de munitions. La femme n'était pas très jolie, mais Grenouille sentait qu'elle avait quelque chose en plus, mais il n’arrivait pas à trouver quoi. Il l’a suivit, s'en approcha et la coinça dans une ruelle. Elle n’était pas très grande, elle n'était ni maigre ni grosse, elle était brune avec des yeux bleus, bleu comme un lac de glacier. Il s'approcha doucement d'elle et commença à l’étouffer. Elle ne se débattait pas, elle semblait vidée de tous esprits, puis elle ferma les yeux et s’éteignit en un souffle, comme une flamme sur une bougie.

À peine fut elle morte, que Grenouille lui arracha les vêtements puis l'enduit de graisse. Il récupéra l'odeur imprégnée dans la graisse, puis la mit dans une fiole. Il pris un couteau bien affûté et lui ouvra le ventre en Y. Il commença à sortir tous ses organes et à les étaler à côté d'elle. Il sortit le cœur, les poumons, le fois, et un rein. Elle n'avait qu'un rein. Grenouille se demanda comment cela était possible, il avait souvenir que toutes ses victimes avait deux reins. Il était très intrigué, mais l'odeur du sang le ramena à lui. La vue du sang le fit changer de comportement. Il prit les organes et les lança contre les murs, ils explosaient . Il prit l'intestin, il était lourd, la victime devait avoir mangé il y a peu, et être en pleine digestion. Il le lança contre un mur encore propre et quand l'intestin toucha le mur et explosa, il y avait une sorte de bouillie en plus du sang qui éclaboussa toute la ruelle. Grenouille plein de sang et de liquide visqueux repris son couteau et découpa tout le corps en morceaux. La ruelle était remplie de sang. Grenouille ce coucha au milieu des morceaux de corps et attendit qu'il fasse nuit et sombre pour sortir de sa ruelle, et de retrouver la demoiselle au parfum si mystérieux. Il retrouva sans difficulté grâce à son odeur, mais il était tard et Grenouille était fatigué, donc il chercha un endroit où passer la nuit, et trouva une auberge qui, olfactivement, l’intriguait un peu car il avait encore une fois senti l’odeur d’une femme qui lui semblait parfaite pour continuer son parfum.

Il demanda donc une chambre à cette auberge, qu’il n’occupa que quelques minutes car la femme qu’il avait sentie se trouvait juste à côté de sa chambre. Il y entra discrètement, et s’arrêta un instant derrière elle pour décomposer son odeur, subtil mélange de graisses, de terre, de sang, et de bois, rehaussé par une touche de parfum à forte teneur en alcool.

Il l’assomma, récupéra son odeur comme il avait déjà fait avec toutes les autres, et attendit qu’elle se réveille pour lui sectionner une artère et la regarder se vider de son sang. Puis, alors qu’elle perdait connaissance, il décida de la mutiler. C’est alors qu’il décida d’ouvrir la boite crânienne pour contenter sa curiosité. Il sorti son cerveaux de la boite crânienne pour l’observer. Le cerveaux était recouvert d’un liquide visqueux. Grenouille pensait que l’odeur de ce liquide pourrait relever son parfum. Il ajouta un peu de se liquide dans la fiole ce qui releva l’odeur.

Cela allait faire un peu moins de deux ans qu’il fut libéré. Il voulait aller à Paris pour tester son parfum. Il lui restait que deux ou trois mois pour finir son parfum. Il sortit dans la rue pour trouver une nouvelle victime, car il avait entendu dire que la femme célèbre allait partir pour Moscou. Il trouva une femme avec une odeur simple. Juste une odeur de vodka mélangée à la rose. Il alla vers cette odeur et il tomba sur une fête juste pour les femmes. Il y avait un labyrinthe géant. Il y entra, puis il se cacha dans un recoin du labyrinthe pour attendre sa première victime.

Il attendit quelques minutes, puis une femme passa, mais son odeur ne lui convenait pas, alors il la laissa passer, pendant que cette femme s’en allait, Grenouille sentit la prochaine qui arrivait, elle lui plaisait déjà, bien qu’il n’ait pas réussit à décomposer son odeur. Il attendit qu’elle passe devant lui pour l’étrangler par derrière. Et juste pour cette fois, il décida de laisser son corps intacte, car il y avait beaucoup trop de risques qu’il se fasse surprendre. Il captura son odeur puis partit dans un autre endroit du labyrinthe. Il avait maintenant sept fioles. Il lui en manquait encore cinq. Le soleil commença à se coucher, les demoiselles commençaient à sortir du labyrinthe. Il réussit a en kidnapper une, puis il l’égorgea pour aller vite car les autres commençaient à se demander où était passées les deux femmes qui avaient disparues. Il alla se coucher avec ses huit fioles de parfum.

Le lendemain matin il retrouva l’odeur de la femme mystérieuse qui partait, donc il se prépara vite et suivit l’odeur.





CHAPITRE 4





Apres quelques jours de voyage ils arrivèrent à Moscou. La femme s’était arrêtée dans un palais à l’intérieur de Moscou. Puis au moment où il s’y attendait le moins, son odorat l’attira vers quatre odeurs distinctes, mais provenant du même endroit. Il suivit son odorat et entra dans une maison close. Suivant encore son nez, il entra dans une chambre où il y avait quarte filles, toutes vierges, et elles étaient bien celles qu’il avait senties dans les rues. Elles étaient toutes en train de dormir. Cela allait donc faciliter la tache de Grenouille. Il les attacha une à une et les bâillonnât. Elles se réveillaient et commençaient à se débattre. Il arracha les vêtements de la première. Et il l’assomma pour pas qu’elle n’enlève la graisse en se débattant. Il l’enduit de graisse sous le regard ébahie des autres vierges. Elles commencèrent à se débattre de plus en plus. Grenouille remplit un fiole puis passa à la deuxième vierge, l’assomma, lui arracha les vêtements puis l’enduit de graisse pour remplir encore une fiole. Il a utilise le même procédé pour les deux autres vierges. Il décida de toutes les mutiler pour ne pas que l’on retrouve de cadavre. Il les ouvrit toute encore vivante pour leur retirer tous les organes. Il les déposa délicatement sur le sol puis décida de les découper. Le sang giclait de partout. Il avait fait une grosse bouillie dont il fit un tas. Il aligna les organes devant ce tas puis parti. Il avait maintenant ses douze fioles de parfum. Il ne lui manquait plus que le parfum de la femme mystérieuse pour compléter son parfum. Il commença à regarder comment entrer dans le palais de la jeune femme.

Le palais était entouré par des murs qui faisaient environ trois mètres de haut. Donc, impossible de passer par dessus les murs. Le seul moyen d’entrer était la porte principale. Grenouille se demandait comment il allait faire. Il faisait le tour du mur extérieur quand il vit une personne sortir du sol ! Il y avait une grille au sol. Sûrement un passage secret pour sortir ou entrer dans le palais un cas de danger. Grenouille attendit que la personne parte et entra dans le passage. Le passage était sombre, il y avait des toiles d’araignée qui pendaient au plafond. Grenouille commença à avancer quand il entendit des pas arriver vers lui et vit une lueur. Il se cacha dans un recoin du couloir pour ne pas se faire voir. La personne s’arrêta juste devant lui quelques secondes. Grenouille sentait son cœur battre la chamade. Puis la personne repartit en direction du palais. Grenouille entendit parler, ce devait être des gardes. Grenouille s’approcha doucement, il entendait les gardes parler et rire de plus en plus fort. Arrivé à un angle, Grenouille entendait les gardes comme s’ils étaient juste à côté de lui, ils devaient être juste derrière l’angle. Grenouille regarda discrètement et il vit que les gardes tournaient le dos au couloir qui devait mener au palais. Grenouille passa doucement derrière eux et continua son chemin vers le palais.

Grenouille arriva dans une grande pièce. Il y avait un grand escalier en marbres avec des rambardes en diamant. Le sol était composé de deux sortes de dalles, en argent et en or, les dalles était disposées de telle sorte qu’une dalle sur deux était en or. Accroché mur il y avait un tableau immense du dirigeant italien Benito Mussolini et à côté de lui il y avait l’emblème de La Rus' de Kiev. Ce palais luxueux devait être l’ambassade d’Italie. Il était en train d’admirer la décoration quand il senti le parfum de la femme. Il commença à suivre l’odeur. Il tomba sur une porte, il savait que l’odeur venait de derrière cette porte. Il poussa la porte et tomba sur la femme qu’il avait vue à Venise. Heureusement pour lui elle dormait. Il s’approcha délicatement, l’attacha et la bâillonna. Elle se réveilla. Elle était rousse, ses yeux bleu brillait à la lueur de la lune. Son visage n’exprimait pas la peur, on aurait dit qu’il exprimait le soulagement. Grenouille lui enleva ses vêtements puis l’enduit de graisse. Maintenant qu’il était très proche d’elle il pu décomposer cette odeur. Elle était très complexe, il y avait une odeur de lavande, un peu de bergamote avec de la violette et une touche de vanille. Mais il y avait un odeur qu’il n’arrivait pas à trouver. Il se disait que cela allait rajouter une touche de mystère à son parfum.

Il remplit sa treizième fiole et commença à partir quand il lu un message dans les yeux de la demoiselle, il alla donc détacher le bâillon et la femme lui demanda de la tuer. Elle en avait mare de cette vie où elle devait être l’ambassadrice de l’Italie dans le monde entier. Il décida donc de la tuer rapidement en lui brisant le larynx, puis il parti et se remit en route pour Paris.





Chapitre 5






Il savait que toutes les autorités étaient à ses trousses car ils avaient appris le meurtre de l’ambassadrice. Les autorités Russes et Italiennes qui voulaient l’arrêter. Il fit le trajet pour retourner à Paris en à peine deux semaines. Malheureusement, près de Paris les Italiens réussirent à l’arrêter et l’amenèrent à Paris pour son procès.

Quand ils arrivèrent à Paris les gouvernements Italien et Russe étaient sur place. Les deux gouvernements réclamaient la peine de mort pour tous les crimes qu’il avait commis. Les parisiens le regardaient avec un air de déjà vue jusqu’au moment où un des parisien cria:
« C’est lui ! ! C’est l’homme qui tue des femmes pour ses parfums ! »
Tout le monde le reconnut. Il du aller directement sur la place d’exécution. Il n’a pas eu le droit à un procès a cause des crimes qu’il a commis. Grenouille mit son parfum pour le tester, mais cela n’a fait que effet sur les personnes qui n’avaient pas été exposer à l’ancien parfum, ce qui n’empêcha pas son exécution. Tout Paris savait comment il avait ressuscité, cela relevait du miracle mais ils y croyaient tous maintenant.

Il fut exécuté puis sont corps a été broyé pour finir scellé dans des coffres en acier avec des parois de dix centimètres. Il y avait en tout cinq coffres. Un fut jeté dans l’océan Pacifique lors d’une traversée entre les Etats-Unis et le Japon, un autre dans l’océan Atlantique. Un fut donner à la Russie, un autre à l’Italie et le dernier, la France décida de l’enterrer dans un puis de plus de vingt mètres de profondeur.

Le plus grand criminel, parfumeur au monde avait rejoint le monde des morts malgré sa lutte acharnée pour la vie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Dim 21 Aoû - 22:22

Très bien écrit, Sky^^
En effet, une bonne suite...bien sur pour des gens qui n'ont ni lu ni vu le film, c'est ma foi un peu complexe à comprendre ( je n'ai pas lu le bouquin juste le film).

Exar, t'es qu'un glandeur^^
Mais c'est sur que t'as moins de risque de te faire choper si tu écris que si tu dessines ( comme moi par exemple)
:winer:

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 22:48

J'aime le style, l'idée, l'histoire mais le tout reste un peu trop sombre pour moi Sky.

ça m'a bien fait rire aussi Exar XD

_________________
"La liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume."

11/02/12-03/09/12
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Darklord le Dim 21 Aoû - 22:48

Rah je me suis deja fais choper plus d'une fois par la prof de math a ecrire tu sais Kriss elle me faisait tout effacer a chaque fois la p*te u_u

_________________
"La liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume."

11/02/12-03/09/12
avatar
Darklord
Membres du Conseil

Messages : 1364
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 23
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Dim 21 Aoû - 22:52

Lol, moi, c'était la prof de français qui me supportait pas= 1 à 2 heures de colle en moyenne par semaine

Elle a même gardé quelques dessins^^

En tout cas, c'est plaisant à lire ce que tu as écrit Sky ( surtout après avoir mis mes 33 raids dans le RC) Shocked

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Sucagoni N. le Lun 22 Aoû - 9:51

Désolé jeune Skywalker, je n'ai ni vue le film ni lu le livre, j'ai quand même commencé à lire et quand j'ai vue le 2eme Chapitre..... ^^'

Je n’arrive pas à mis faire aux poèmes, je préfère complètement les petites phases qui en disent beaucoup plus qu'elles en peuvent Wink
(du style la phrase à Kriss in english)
avatar
Sucagoni N.
Ancien Joueur

Messages : 1167
Date d'inscription : 12/10/2010
Age : 24
Localisation : 35 Ile et Vilaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Lun 22 Aoû - 11:07

Ben, c'est vrai que certains poèmes peuvent paraître plus compliqué en tout cas à comprendre derrière chaque mots la façon dont ceux-ci sont placés dans les vers etc. Quelques fois, j'écris sans un court texte sans qu'il soit en vers parce que c'est plus compréhensible ou tout simplement plus violent à lire.
Baudelaire avec les fleurs du mal ou La légende des siècles de Victor Hugo, pas forcément simple, mais magnifique^^
Voilà le poème double que j'avais déjà posté sur un autre sujet...mais ici il a sa place. Comme je l'ai dit dans l'autre sujet, c'est un double-poème, du fait qu'ils se suivent car j'avais écrit les 2 à la suite.
Ah oui...le (...) dans le premier poème, c'est en faite un prénom mais je l'ai enlevé^^

QUELQUES VERS POUR UNE ROSE BLANCHE

Dans ce monde qui est un immence océan
Je sais que mon coeur s'emballe bien vite
Moi, qui ne suis qu'un rêveur idéaliste
Mais dès l'instant de tes yeux posés sur les miens
Que je me suis perdu dans les tiens
Ta beauté est tel les pétales d'une fleur
Qui exalte une jeunesse éternelle
(...), toi qui es une rose blanche si pure
Le son de ta voix est comme un doux murmure
Cependant je n'oses m'y piquer par peur
De me brûler à tes épines mes ailes
Bien que l'envie n'en soit que plus grand

-------------------------------------------------------------------------------------------------

UNE GRANDE MELANCOLIE

Un poème brûle au feu de la cheminée
Un poème d'amour qui n'a pas de destiné
Sur la table d'obsdienne se tient un crâne fendu
A côté un grand verre de vin qui est trop souvent descendu

Un homme qui est poète est un homme trop romantique
Qui vit dans le rêve, dans un monde iddylique
Mais qui finit souvent dans la mélancolie
Oui... dans une grande mélancolie...

Des paroles noires sont inscrites sur du papier ensanglanté
Des paroles maccabres qui toute la nuit, ont été profanés
Et lorsque cette nuit laisse place à une nouvelle journée
Au petit matin est retrouvé un jeune homme suicidé

Un homme qui est poète est un homme trop romantique
Qui vit dans le rêve, dans un monde iddylique
Mais qui finit souvent dans la mélancolie
Oui... dans une grande mélancolie...

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Lun 22 Aoû - 11:51

Omfg, j'ai cru lire en l'espèce d'une demi seconde: Une grande alcoolémie. Faut vraiment que j'arrête de tirer sur la boisson comme ça What a Face .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Lun 22 Aoû - 12:36

Quoique quand tu déprimes et que t'es dans la mélancolie...l'alcoolémie peut être de la partie...

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Plo Koon le Lun 22 Aoû - 12:56

Moi je ne fais que des comptines !

[Playback/on]Nous étions cinq, six bons bougres
Qui rev'nions de Longjumeau
On entra dans une auberge
Pour y boir' du vin nouveau-eau !

Refrain
C'est à boire, à boire, à boire,
C'est à boire qu'il nous faut.
Oh ! oh ! oh ! oh !
C'est à boire, à boire, à boire,
C'est à boire qu'il nous faut !

On entra dans une auberge
Pour y boir' du vin nouveau.
Chacun fouilla dans sa poche
Quand il fallut payer l' pot, oh !

Refrain

Chacun fouilla dans sa poche
Quand il fallut payer l' pot,
Le plus riche fouill' dans la sienne
Et n'y trouva qu'un écu faux, oh !

Refrain

Le plus riche fouill' dans la sienne
Et n'y trouva qu'un écu faux.
"Sacré bleu dit la patronne
Qu'on leur prenne leurs shakos, oh !"

Refrain

"Sacré bleu dit la patronne
Qu'on leur prenne leurs shakos.
Nom de Dieu, dit la patronne,
Leurs capot's, leurs godillots, oh !

Refrain

"Nom de Dieu, dit la patronne,
Leurs capot's, leurs godillots."
Quand ils furent en liquette
Ils montèr'nt sur les tonneaux, oh ![Playback/off]


Dernière édition par Bubble le Lun 22 Aoû - 13:03, édité 1 fois
avatar
Plo Koon
Ancien Joueur

Messages : 7375
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 26
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Lun 22 Aoû - 13:00

J'adore, GG bubble !!!

c'est qui la patronne...Mara ?

_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Plo Koon le Lun 22 Aoû - 13:03

Ahah ouai c'est Mara Razz !!
avatar
Plo Koon
Ancien Joueur

Messages : 7375
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 26
Localisation : Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Palpatine le Lun 22 Aoû - 13:04

MDR, la mégère !!!


_________________
« Le Bien est une question de point de vue. »
Palpatine

avatar
Palpatine
Chevalier Jedi

Messages : 3082
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 27
Localisation : quelque part dans l'univers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Invité le Lun 22 Aoû - 13:49

mdr' je vous mettrai une histoire que j'ai écrit en 4éme aussi et une en 3éme ( quand on galere en cour faut bien s'occupé hein)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coin poésie, débats et littérature.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum